2014-5 Jean-Claude Barbier : L’accueil des réfugiés d’Allemagne en Alsace (1933-34) : arbitraire de l’administration et marges de l’action individuelle et collective

2014-5 Jean-Claude Barbier : L’accueil des réfugiés d’Allemagne en Alsace (1933-34) : arbitraire de l’administration et marges de l’action individuelle et collective

Résumé:

Le présent numéro des Documents de travail/RT6 Working Papers pourra paraître, a priori, inhabituel aux lecteurs de la série : il combine une approche sociologique et une approche historique, fondée sur le recours aux archives. Il concerne l’histoire des politiques d’immigration qui sont aujourd’hui, en Europe, considérées comme à l’intersection des politiques de sécurité et des politiques sociales. L’époque où se situe l’étude est 1933-1934, quand, après l’arrivée au pouvoir de Hitler, les réfugiés, juifs en majorité, fuient l’Allemagne et sont accueillis, plus ou moins « libéralement » en Alsace et en Moselle.

A ce moment, en l’absence de directives du gouvernement, les autorités locales – préfets et secrétaires généraux – sont pourtant bien obligées d’agir, en liaison avec les acteurs locaux. Rejoignant sur un plan local les analyses d’ensemble de Vicki Caron, l’étude montre que, bien loin d’être des agents déterminés uniquement par leurs caractéristiques sociologiques de fonctionnaires, ces derniers utilisent leurs marges de manœuvre, dans le cadre de ce qui reste une forme d’arbitraire – à tout le moins d’action contingente – puisque ces acteurs sont contraints d’inventer une politique locale sans la référence d’une politique nationale. Les archives gardent aussi la trace d’actions individuelles.