Appel à communication du RT6 Congrès AFS 29 juin – 2 juillet 2015 : les politiques sociales aux prises avec le « naturel » ? tensions et ambivalences

Les politiques sociales aux prises avec le « naturel » ? : tensions et ambivalences

Le domaine de la protection sociale participe d’un travail collectif extensif et intensif d’analyse, de définition et de normalisation de l’humain et de la vie humaine. En la matière, la thématique du Congrès 2015 nous invite à penser la tension et les ambivalences qui résultent de la confrontation entre des systèmes normatifs appliqués à la vie humaine qui seraient « naturels », au sens où ils font l’objet d’un travail de naturalisation, et d’autres qui seraient avant tout sociaux. La protection sociale donne lieu à nombre de ces tensions et ambivalences car elle occupe une place sécante entre d’une part, les dimensions sociales et politiques (qu’est-ce que la justice sociale ? qu’est-ce que l’égalité et la compensation des inégalités ?), et d’autre part des dimensions physiologiques (la santé, et en partie, le care), biographiques (parcours de vie…), liés à la vie elle-même (« life itself », bornage de la vie entre euthanasie et procréation assistée par exemple) qui donnent aisément lieu à des naturalisations.

Pour le Congrès de l’AFS de 2015, nous invitons les collègues travaillant sur les différents aspects de la protection sociale – retraite, santé, emploi, famille, formation, logement, handicap, etc. – à réfléchir sur les articulations « en acte » entre la dimension « naturelle », humaine et la dimension sociale ou plus politique de la protection sociale. La formulation des objectifs et des significations attachés aux différentes formes de protection sociale est directement concernée. Les enjeux portent alors souvent sur la définition de ce qu’est une « bonne vie », un « bon » état de santé ou de conditions de vie et cela, à propos d’un grand nombre d’enjeux qui peuvent aller du logement au handicap, en passant par les minima sociaux ou autres. Ces aspects normatifs sont souvent fondés avant tout sur des critères « naturels », biologiques ou techniques liés à des indicateurs naturalisés comme les indicateurs de santé ou d’autonomie, ou de parenté/filiation par exemple …

Souvent les choix collectifs donnent lieu à un travail de naturalisation. Le recul de l’âge de la retraite, ou encore l’attachement des femmes à la sphère domestique donnent ainsi lieu à des justifications naturalistes comme l’allongement de la vie humaine ou la place « naturelle » des femmes au sein de la famille. Ils peuvent être également forgés à l’aune de discours de naturalisation des âges de la vie, de la différence des sexes, des origines sociales ou ethniques… Le ciblage des politiques (âge, sexe, niveau de ressources, degré d’autonomie physique par exemple) participe également de cette naturalisation du politique. C’est le cas aussi des instruments d’action publique qui formulent des hypothèses elles aussi naturalistes sur le comportement des individus qui réagiraient à des incitations financières, plutôt qu’à des informations ou à des interdictions.

Pour le reste, nous invitons également à réflexion sur trois thématiques plus spécifiques. Ainsi se pose la question des droits fondamentaux attachés à la personne humaine et souvent concrétisés par l’octroi de droits et de prestations sociales. Deuxièmement, les aspects politiques, liés aux valeurs, aux appartenances, aux identités sociales, aux choix politiques et qui représentent une tradition importante de la sociologie des politiques sociales, sont mis au défi par les critères et les discours naturalistes. Cette perspective permet de renouveler les réflexions concernant le rapport au politique qui est celui de la sociologie des politiques sociales. Le troisième enjeu s’adresse plus directement à la mise en œuvre de la protection sociale et porte sur les expertises qui sont conduites des situations individuelles. En la matière, la question se pose de savoir si les progrès des sciences cognitives, mais aussi de leur influence politique, sont seulement une entreprise de re-naturalisation de la vie humaine, notamment à travers les politiques sociales.

 

 

 

1/ les politiques sociales et la protection de l’humain : l’approche par les droits fondamentaux :

 

Souvent envisagée au travers du rapport à la citoyenneté sociale, la protection sociale comme droit fondamental connaît depuis quelques temps un renouvellement paradoxal. D’une part, la décentralisation, la privatisation, l’individualisation ou encore les restrictions budgétaires aboutissent à une différenciation croissante des conditions d’accès à la protection sociale, mais encore de ses contenus même. D’autre part à l’inverse, la conception de la protection sociale comme un droit fondamental, universel, décliné en une série d’indicateurs précis – cf. les objectifs du millénaire de l’ONU par exemple – et qui devrait être accessible de partout sur la planète, ou se trouve à l’inverse formulé à travers les approches en termes de « biens communs mondiaux », est un discours également de plus en plus influent.

Quelle est la réalité de ces développements ? Comment comprendre l’état des débats dans les différents domaines de la protection sociale ? Comment cette question des droits fondamentaux également naturalisés et déterritorialisés, s’articule-t-elle à celle des droits à base nationale ?

2/ Le rapport au politique de la sociologie des politiques sociales face et au-delà de la naturalisation.

Comme les autres sciences humaines et sociales, la sociologie occupe une position tendue entre les contraintes liées au développement continu de ses propres normes de scientificité et son rôle de prescriptrice auprès d’acteurs politiques ou dans le monde social. Comment la sociologie se positionne-t-elle par rapport aux discours et perspectives de naturalisation des politiques sociales ? En liaison, mais aussi au-delà de cet aspect, quel est le statut scientifique de la sociologie en tant que productrice de discours sur le social  et quel est son régime de scientificité ? Qu’a-t-elle à apprendre des autres sciences, par exemple l’économie, pour construire et enrichir ses modes d’intelligibilité du monde social et des acteurs sociaux, y compris ceux du travail social ? Mais qu’-a-t-elle en retour à leur apporter ? Comment peut elle coopérer avec les acteurs des politiques sociales, et la politique elle-même ? Il s’agit alors de penser le rapport entre les régimes de connaissance nationaux, sectoriels, ou inscrits à d’autres échelles d’action publique et les discours prescriptifs de notre discipline y compris dans les domaines les plus traditionnels d’analyse : retraite, santé, handicap, emploi, etc.

3/ protection sociale et l’évaluation de la vie humaine : entre expertise naturalisante et rôle politique

Dans les dimensions physiologiques, biographiques du parcours de vie ou encore la dimension substantielle de la définition de la vie elle-même, les politiques sociales, souvent fondées sur des expertises sociologiques, psychologiques, issues des sciences cognitives ou médicales, définissent des seuils, identifient des capacités et des besoins, ciblent des populations, instruisent de façon toujours plus intrusive des dossiers ou sondent des personnalités, fixent des objectifs, etc. Quelles sont les conditions de la production de ces savoirs naturalisés sur l’humain et quelle est leur influence sur la protection sociale ?

1) Les sciences de la cognition visent à observer, analyser et comprendre la capacité des systèmes vivants à communiquer, apprendre, percevoir et interagir avec leur environnement. En retour elles cherchent optimiser les capacités d’interaction notamment en recourant à des approches expérimentales. Quelle est l’efficience du passage d’une « cognition naturelle » à une « cognition artificielle » pour les acteurs des politiques publiques ?

2) La sociologie peut paraître d’une certaine façon perméable aux propositions des sciences de la cognition notamment au travers de l’individualisation des politiques sociales et/ou de transformations plus analytiques. AAC RT6 Congres AFS UVSQ 2015Elle s’intéresse alors à des objets à propos desquels l’analyse comportementale et neurophysiologique conjointe des mécanismes de perception et d’action dispose de résultats de recherche. Les mécanismes de perception et d’action sont-ils des objets d’étude sociologiques, qui renvoient fondamentalement à des rapports sociaux et ne peuvent-ils pas être expliqués et transformés à partir des enseignements d’autres disciplines ?

 

Merci d’adresser votre résumé de communication jusqu’au 5 janvier 2015 à

Jean-Claude Barbier (jean-claude.barbier@univ-paris1.fr),

Maryse Bresson (mbresson@nordnet.fr)  

Olivier Giraud (oligiraud@ymail.com).

 

Le bureau du RT6 sélectionnera les communications jusqu’au 6 février 2015.

Les articles devront être rendus le 30 mai 2015 et seront mis en ligne sur le site du Congrès dans les jours suivants.