2013.3 Marion Repetti: Reformes et conditionnalité de la retraite. Conséquences de l’injonction au  » vieillissement actif  » sur la (re-)construction identitaire à la retraite

Marion Repetti: Reformes et conditionnalité de la retraite. Conséquences de l’injonction au  » vieillissement actif  » sur la (re-)construction identitaire à la retraite

Dans cet article, nous nous proposons d’analyser l’émergence du  » vieillissement actif  » comme modèle identitaire et d’examiner comment les retraités se l’approprient dans le contexte actuel de remise en question de la légitimité de leur statut. Notre réflexion repose sur trois hypothèses. La première postule que le  » vieillissement actif  » se révèle un modèle identitaire qui s’ajoute aux  » registres sociaux de typification  » à la retraite. Il émerge à la fin du 20ème siècle sous forme d’injonction dont les retraités s’approprient aujourd’hui certaines dimensions dans le cadre de leur  » construction identitaire « . Notre deuxième hypothèse stipule que les retraités s’approprient ce modèle afin de lutter contre un phénomène de  » stigmatisation  » dont ils font l’objet en raison de leur statut. Il s’inscrit dans le contexte de société du travail où l’activité professionnelle constitue un vecteur essentiel de l’insertion sociale. Les retraités subissent un phénomène de mise en marge car ile ne sont pas perçus comme participant à l’effort productif commun. Cette stigmatisation est renforcée par la dévalorisation des traits physiques associés au vieillissement dans le contexte social contemporain. La troisième et dernière hypothèse que nous proposons de discuter dans cet article énonce qu’en fonction de leur statut socioéconomique, les retraités disposent de plus ou moins de moyens de s’approprier le modèle du  » vieillissement actif « . Bénéficiant de capitaux sociaux, économiques et culturels plus restreints que les autres, les plus démunis peinent à s’approprier le modèle du  » vieillissement actif  » et sentent par conséquent particulièrement exclus.